Home / Livres / Horreur / « La belle au bois dormant » de Louis-Pier SICARD

« La belle au bois dormant » de Louis-Pier SICARD

three-stars
La belle au bois dormant « La belle au bois dormant » de Louis-Pier SICARDpar Louis-Pier SICARD
Series: Les contes interdits #13
édité par ADA le 2019
Ce livre peut ne pas être adapté à tous les publics

Une fillette hantée de souvenirs qui ne sont pas les siens. Des cauchemars, incessants, qui frappent à la même heure. Un avertissement incompris, une menace ignorée. Et le passé terrifiant, impitoyable, qui rattrape l’innocence d’Aurore. Cette réécriture moderne et terrifiante du conte de Charles Perrault est une véritable matière à cauchemars. Entre secrets, meurtres, débauche et abomination, l’horreur se redéfinit complètement encore une fois sous la plume de L.P. Sicard.

Publié en 2019, « La Belle au bois dormant » fait partie des tomes de la nouvelle et polémique collection « Les contes interdits » de la maison québécoise ADA.

Le principe est simple : prendre nos contes d’enfants (lesquels sont déjà des réécritures du récit original) et les transformer en conte à la fois horrifique et actuel.

Pour cet opus l’auteur s’est attaqué à la Belle au bois dormant dont, vous vous en rappelez sans doute, l’histoire racontait la vie d’une jeune princesse à laquelle sept fées avaient offert tous les dons du monde. Une huitième ayant été oubliée, elle se venge en lançant une malédiction : à ses quinze ans, la princesse se piquera avec un fuseau et en mourra. Pour contrer ce mauvais sort, les autres fées décidèrent qu’au lieu de mourir, elle s’endormira (avec tout son entourage) jusqu’à ce qu’un prince charmant vienne la réveiller d’un baiser.

L’idée de départ de l’auteur n’est pas bête : les bonnes fées se transforment en chercheurs et les « dons » en modifications génétiques. Malheureusement c’est bien la seule chose d’intéressant.

Me concernant je juge que le premier point du  contrat (réécrire le conte) n’a pas été respecté et on a ici à faire à une histoire, certes bien écrite, mais dans laquelle on ne retrouve absolument rien qui puisse se rapprocher de près ou de loin du moteur narratif original (contrairement à d’autres comme « Peter Pan » par exemple).

Mais qu’en est-il de l’horreur, du « conte interdit » ? Là aussi, franchement, si je devais classer ce livre il serait plus allé dans le thriller psychologique que dans l’horreur. Rien de bien frémissant et surtout, ce qui m’a dérangé, c’est une plume beaucoup trop poétique et romantique, à la limite du livre pour young-adult. Après quelques petites recherches j’ai appris que l’auteur était un spécialiste justement dans ce genre de roman et cela transpire un peu trop dans ses écrits.

Enfin quand je parle de romantisme… nous avons tout de même le droit à quatre pages non-stop de partouze qui n’apportent rien à l’histoire.

En bref si l’écriture de ce livre n’est pas mauvaise, on sent clairement que l’auteur n’est pas du tout à l’aise ni dans le format lui-même (les sauts dans le temps montrent clairement qu’il aurait mieux écrit avec un livre comprenant plus de pages), ni dans les règles imposées, ni même dans le genre de la collection.

Pour moi c’est une déception.

 

 

 

three-stars

Check Also

Les contes interdits – même recyclés je n’en voudrais pas !

Bonjour à tous, C’est une Ciena particulièrement écœurée, à la limite de la nausée qui …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

cinq + trois =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.