Home / Livres / Horreur / Peau d’âne de Steve Laflamme – un conte confus

Peau d’âne de Steve Laflamme – un conte confus

three-stars
Peau d'âne Peau d’âne de Steve Laflamme – un conte confuspar Steve Laflamme
Series: Les contes interdits #14
édité par ADA le 12 novembre 2019
Ce livre peut ne pas être adapté à tous les publics

Un magnat des affaires dont les horribles secrets sexuels sont plus puissants que sa fortune. Une épouse dévouée, dont la santé qui périclite fera disparaître la bonté et la lumière dans sa famille. Une adolescente asociale aux aspirations qui font confondre désirs et réalité. Une prostituée maltraitée qui en a trop dit… Mais si toute cette histoire n’était en réalité qu’un leurre ? Lorsque sa nourrice lui racontait l’histoire de Peau d’âne, le jeune Louis XIV était incapable de trouver le sommeil. Imaginez si on lui avait lu cette version revisitée, dans laquelle la jeune fille n’a rien de passif et d’ingénu comme celle du conte de Perrault… Oserez-vous ouvrir ce livre comme une porte sur l’inconnu, même s’il vous montre qu’il y a bien pire que de prendre la peau d’un animal ?

« Les contes interdits » sont une collection de livres édités par la maison d’édition québécoise ADA.

L’idée de base est de réécrire nos contes pour enfants (qui sont eux-même des réécritures de contes pour adultes) et les transformer en un récit horrifique « pour un public averti ».

Avec Peau d’Âne, Steve Laflamme a utilisé le genre du roman noir pour raconter l’histoire d’Anne et de sa famille, le riche président d’une compagnie de Tequila Québécoise et sa gentille et dévouée mais malade maman.

Comme dans le conte, bien sûr, la gentille maman décède, il y a un âne, une bague et une peau d’âne. Pour le reste plus rien à voir avec le conte ou même un semblant de trame littéraire.

Je considérerai donc que le défi principal de cette collection n’aura pas été relevé.

L’écriture est pas mal si on aime le bon vieux polar, bien que le nombre de personnages inutiles et les différentes histoires parallèles rendent, au final, l’histoire confuse et la fin en queue de poisson totalement incompréhensible.

Si, de plus, vous chercher du frisson horrifique vous pouvez passer votre chemin. C’est très très soft.

En matière de sexe, vu qu’il y en a en abondance dans tous les livres de la collection, c’est moins dégoûtant que la moyenne et l’auteur mise plutôt sur la psychologie des personnages.

Au final Peau d’âne n’est pas le plus mauvais de la série.

three-stars

Check Also

Les contes interdits – même recyclés je n’en voudrais pas !

Bonjour à tous, C’est une Ciena particulièrement écœurée, à la limite de la nausée qui …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 × deux =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.