Home / Livres / Thriller / Un après-midi d’automne de Mirjam KRISTENSEN : disparaître ou se retrouver ?

Un après-midi d’automne de Mirjam KRISTENSEN : disparaître ou se retrouver ?

four-stars
Un après-midi d'automne Un après-midi d’automne de Mirjam KRISTENSEN : disparaître ou se retrouver ?par Mirjam Kristensen
édité par Libretto le 05/02/2015
Pages: 240

Rakel et Hans Olav, mariés depuis deux ans, arrivent à New York pour un séjour dont ils rêvaient depuis longtemps. Au cours d'une visite au Metropolitan Museum, Hans Olav tombe en arrêt devant une toile de Georges de La Tour, La Madeleine pénitente. Rakel, lassée, s'excuse et s'éclipse quelques minutes. À son retour, Hans Olav n'est plus là. La gardienne lui dit l'avoir vu quitter les lieux en compagnie d'une femme...
Jusqu'ici jeune épouse comblée et sereine, en voyage d'agrément avec son mari, Rakel se trouve brutalement jetée dans la peau d'une femme seule, égarée, qui arpente la ville, des semaines durant, en quête d'un disparu. Plusieurs rencontres émaillent sa quête et lui tendent le miroir de ce que pourrait, ou aurait pu, être sa propre vie.
Le roman de Mirjam Kristensen commence comme un policier ' mais c'est pour mieux nous emporter peu à peu dans un récit introspectif, vertigineux et hypnotique. Finalement, que cherche vraiment Rakel ? Son mari, son bonheur évanoui, ou seulement ce qui conférait à son existence l'illusion d'une stabilité ?
L'écriture d'une simplicité toute apparente pose la question : comment peut-on, tout simplement, disparaître ?

Mirjan Kristensen est une nouvelle écrivaine norvégienne de 38 ans avec un sacré talent. Elle a déjà écrit en 2007 Les jours sont transparents

Avec ce nouveau livre captivant à la frontière entre le roman policier, surnaturel et philosophique, elle signe sa seconde grande réussite littéraire mais j’hésite entre mettre quatre ou cinq étoiles à ce livre.

Une histoire prenante

Un couple de norvégiens visitent un musée à New York lorsque l’héroïne laisse quelques instants son mari en admiration devant un tableau. Lorsqu’elle revient celui-ci a disparu et la gardienne du musée l’informe qu’il l’a quitté avec une femme. Pourquoi ? Comment ? Et surtout par où commencer à chercher dans cette ville où tout est inconnu et gigantesque ?

Une écriture angoissée

L’écriture est facile à lire et fluide et le personnage principal est particulièrement attachant : on est complètement immergé dans ses pensées et ses ressentis et on se prend à toucher du doigt l’angoisse qu’il ressentait nous-même si, comme elle, dans une ville gigantesque comme New-York, on perdait, comme ca, sans raison et surtout sans laisser de trace, la personne avec qui on est. On imagine facilement les questionnements, les doutes, la peur et l’angoisse.

La couverture, blanche, représente une femme en plâtre assise sur un lit de la meme matière, comme pour nous faire ressentir le desespoir et  l’immobilité forcée qu’on ressent quand on ne sait pas quoi faire. Bref vraiment bien trouvé.

Une fin inattendue

On est totalement happé par l’histoire. L’héroïne va-t-elle retrouver son mari ? Dans quelle condition ? Est-il seulement encore vivant ? View Spoiler »

Si comme moi vous n’avez pas pu dormir de la nuit pour le finir alors je vous garantis la plus grosse surprise de votre vie en le terminant car, quoi que vous ayez imaginé, la fin ne sera pas celle que vous croyez.

Mais voilà… je ne mets pas 5 pour une raison que vous comprendrez quand vous aurez lu ce livre. En effet, je me suis faite avoir en beauté. Certes cela prouve justement le grand talent de l’auteur mais je suis mauvaise joueuse donc….

four-stars

Check Also

La peine du bourreau d’Estelle Tharreau : pour ou contre la peine de mort ?

  Estelle Tharreau est une des auteures que, grâce aux éditions Taurnada, j’ai eu la …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

vingt − 9 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.